Comment prévenir et traiter la dermatophilose

Publié le : 17/04/2020 15:54:39
Catégories : Animaux

Vous qui aimez votre cheval par-dessus tout, j’imagine que vous savez à quel point sa santé est un sujet sensible.

Parmi les maux  qui peuvent le toucher, la dermatophilose ou gale de la boue comme on l’appelle souvent à tort est très courante.

Dans la majorité des cas, cette maladie est sans danger, mais elle est très douloureuse...et évitable si vous savez comment vous y prendre. 

C'est ce que vous allez apprendre avec cet article. 

En appliquant les  astuces que vous y trouverez, vous vous épargnerez bien des tracas. 

Qu’est-ce que la dermatophilose ?

Comme nous vous l’avons dit plus haut, le terme populaire « gale de la boue » est une erreur de langage.

Certes la boue est souvent l'élément qui la favorise et tout dans cette maladie fait penser à la gale.

Pour autant, le déclencheur n’est pas un acarien mais une bactérie, le dermatophilus congolensis. qui pour survivre et proliférer a besoin d’humidité.

C’est pour cette raison que la dermatophilose se manifeste la plupart du temps en automne et en hiver dans nos pays.

Quelques cas plus rares peuvent tout de même apparaître en été à cause de l’humidité provoquée par la transpiration, sous la selle notamment.

Trois facteurs concomitants sont donc responsables de la dermatophilose :

  • la présence du  dermatophilus congolensis 
  • des conditions humides
  • pour finir, une détérioration de la peau (frottements…) qui sera la porte d’entrée de la maladie

Dès lors, la « gale de la boue » peut se manifester avec son lot de souffrance et de mal-être pour votre pauvre canasson.

Comment la reconnaître ?

Voici les caractéristiques typiques de la dermatophilose:

  • présence de papules
  • poils hérissés aux endroits touchés par l’affection (aspect en pinceaux apparition de croûtes)
  • se manifeste aux endroits les plus exposés à l’humidité : croupe dos, paturons (les espèces à fanons y sont plus sensibles à cet endroit-là)

La dermatophilose est douloureuse pour le cheval mais elle ne provoque pas de démangeaisons C’est ce qui permet de la distinguer d’autres problèmes cutanés où le cheval aura tendance à se gratter.

Sachez aussi que cette maladie se déclare plus facilement chez des chevaux affaiblis ou présentant des vers intestinaux.

Elle est également contagieuse. Des chevaux asymptomatiques peuvent même en contaminer d’autres.

Comment l’éviter ?

Rien de plus simple. Il suffit de préserver au maximum votre cheval de l’humidité. Lorsque la maladie est déclarée, cela peut même suffire pour provoquer la guérison.

Pour ce faire : 

  • Pensez à bien laver puis sécher votre cheval après des sorties par temps de pluie ou dans des conditions humides. Faites de même en été aux endroits où votre cheval a sué (par exemple après lui avoir retiré la selle suite à une sortie).  
  •  Veillez à ce que son box soit toujours bien sec. Enlevez les surplus de boue régulièrement.
Afin d’éviter l’humidité vous pouvez aussi disposer de la terre de diatomée non calcinée sur le sol. C’est en effet un produit très asséchant qui peut absorber 130 fois son poids en liquide. Elle sera aussi très utile pour éliminer les insectes (mouches…) qui nuisent tant au bien-être de votre fidèle destrier. Répandez environ 30 g par mètre carré de cette poudre à la volée dans le box. Vous pouvez renouveler le traitement chaque fois que nécessaire, par exemple une fois par semaine en automne et en hiver.

Sur notre boutique, nous proposons également un produit asséchant litière mélangeant terre de diatomée et bicarbonate de soude qui vous sera utile pour son effet bactéricide (donc anti dermatophilus congolensis).

Autre précaution à prendre : si vous avez un cheval infecté, veillez à l’isoler des autres car comme nous l’avons déjà évoqué, cette maladie est contagieuse.

Comment traiter la dermatophilose ?

Avant d’aborder le sujet, nous tenons à vous annoncer une bonne nouvelle : dans l’écrasante majorité des cas, la dermatophilose se guérit spontanément… à condition d’éliminer toute source d’humidité dans l’environnement de votre cheval.

Avec les conseils que nous vous avons donnés plus haut, cela ne devrait pas vous poser de problème !

Afin d’activer la guérison vous pouvez aussi traiter les plaies qui ont été causées par la maladie.

La première chose à faire est de retirer les croûtes. Cela est très important car le dermatophilus congolensis peut y séjourner plus de trois ans. C’est d’ailleurs une source de contagion à ne pas négliger.

Cette opération est assez douloureuse pour votre animal. Il sera donc important d’être rassurant au moment de le faire.

Pensez aussi à tondre les poils aux abords des zones infectées. Vous éviterez ainsi une accumulation d’humidité et un risque de surinfection.

Afin de favoriser la régénération de la peau de votre cheval, vous pouvez aussi utiliser le baume anti gale que nous proposons. Sa recette naturelle mélangeant huiles essentielles, glycérine végétale, huile de ricin et diatomée aura un effet bénéfique et facilitera la disprition des plaies.

Pour finir, sachez, en cas d’infection sévère, ce qui est assez rare ou de récidive, une consultation  s’imposera.

Un rendez-vous chez le vétérinaire sera aussi nécessaire si vous n’êtes pas assuré que votre cheval souffre bien de la dermatophilose.

D’autres maladies plus graves peuvent avoir des symptômes à peu près similaires (gale chorioptique, trombiculose…).

Ce qui est très caractéristique de la gale de la boue en reva,che, c’est qu’elle ne provoque pas de démangeaisons contrairement à la majorité des autres affections de la peau.

Pour le reste, si vous avez le moindre doute, mieux vaudra consulter un professionnel.

Vous voilà donc d'attaque pour vaincre ce fléau du monde équin. Le mot d'ordre ici sera: un environnement aussi sec que possible.

Pour enrichir notre propos, n’hésitez pas à réagir dans la zone de commentaires. En partageant vos astuces et retours d’expérience sur le sujet, peut-être épargnerez-vous bien des misères à un autre lecteur…et à son fidèle compagnon.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)

Recherche dans le blog